Les start-up se répandent également dans les communautés

Après les startups nationales, des startups de territoire ont vu le jour, imaginées par des agents intrapreneuriaux dans les collectivités. Le plus important, Rdv Solidarites (« rdv-solidarites.fr »), a été conçu par des agents du CD du Pas-de-Calais pour réduire le nombre de rendez-vous manqués (« lapins ») dans les services sociaux. , une perte de temps pour les agents et une source de temps d’attente pour les utilisateurs.

D’abord financé par le département, le développement d’une solution avec rappels de rendez-vous et notifications automatiques a ensuite été soutenu par le service interministériel du numérique et accompagné par « beta.gouv.fr », puis des startups du pays incubateur. Elle est désormais adoptée par un consortium de 27 départements : depuis mai 2020, plus de 816 000 rencontres ont été enregistrées et le nombre de « lapins » a diminué. « L’intrapreneuriat » s’est depuis développé dans des communautés qui favorisent de plus en plus l’émergence de projets conçus par leurs agents. Toutes ne sont plus suivies d’emblée par des équipes nationales d’incubateurs, qui sont désormais sous l’égide de l’ANCT pour les collectivités. Le plan de relance de juillet 2020 – notamment son initiative TNT, dotée de 88 millions d’euros – a bousculé la dynamique, constate Bérengère Aujard, directrice de la Mission incubateur territorial de l’ANCT.

Ingénierie directe

Ingénierie directe

La question est maintenant que l’appel d’offres identifie les services numériques open source – 42 à ce jour – que les collectivités ont déjà fournis et suivent.

L’une d’entre elles est l’initiative du CD de l’Isère « La salle sur demande » suite à un concours de design interne. « Il facilite la mise à disposition des espaces disponibles dans les collèges à des associations sportives, culturelles ou d’éducation publique », explique Delphine Bouillon-Marillier, chargée de projet au service « ressources du collège ».

Le ministère a lui-même fait les premiers pas. En 2020, « nous sommes passés par une démarche de conception de services avec des responsables de collèges et d’associations, validé le besoin et proposé des modèles fonctionnels », poursuit-il. Lauréate du programme « TNT », cette ambition de biens communs numériques, qui pourrait intéresser de nombreuses collectivités, recevra 700 000 € au travers du Plan de Relance et 150 000 € d’accompagnement direct en ingénierie de l’ANCT. En interne, elle emploie trois personnes et s’appuie sur les directions juridique et financière. « Les deux collèges le piloteront de bout en bout d’ici fin 2022 », précise Delphine Bouillon-Marillier.

Le projet Silabi, également lauréat de la communauté d’agglomération du Grand Poitiers (40 communes, 194 100 habitants), vise à faciliter l’accès à une « application métier » pour les agents travaillant à l’étranger. « Cela permet, par exemple, aux détacheurs de saisir localement toutes les données d’intervention sans avoir à revenir sur les lieux à chaque étape pour le faire dans leur logiciel, mais permet aussi aux services de cartographier les plus fréquemment tagués », explique Pierre-Yves Brault. , Directeur des Solutions et de l’Innovation Digitale. Avec Sébastien Burette, responsable de l’environnement numérique des métiers, ils ont imaginé une interface pouvant être installée sur une tablette ou un smartphone. étendu à d’autres services comme l’eau, l’entretien du mobilier urbain », précise Pierre-Yves Brault.

Ce projet a également été développé en interne pour la première fois. Il touchera 500 000 euros pour embaucher trois développeurs dans le cadre du plan de relance et 145 000 euros du concours ANCT pour la sécurité et l’accessibilité de la solution. En ligne de mire : étendre l’ergonomie de l’interface à d’autres logiciels économiques (gestion d’entrepôt, restauration collective…) et sa disponibilité à d’autres collectivités.

Echange de pratiques et d’outils

Echange de pratiques et d’outils

La méthodologie d’accompagnement « beta.gouv.fr » est également utilisée dans les collectivités : des incubateurs territoriaux soutenus par l’ANCT sont créés pour la diffusion locale des projets. Selon Bérengère Aujard, il s’agit d’aider les porteurs de tels projets « à créer leurs incubateurs, à transférer la méthodologie des recherches et des activités intra-entreprises et à les connecter dans un réseau qui permette l’échange de pratiques et d’outils ».

La Seine-Saint-Denis s’est engagée dans cette voie. Son incubateur, inscrit dans sa démarche « utilisateur » et sa volonté de promouvoir de « nouveaux modes de travail », a été testé avec une quinzaine de projets que différents départements ont priorisés dans leur agenda. En organisant des résidences de trois à six mois pour les porteurs de ces projets, « nous avons testé une méthode d’accompagnement que nous adaptons par la pratique », décrit Fanny Dumont, directrice de la mission « transformation administrative » du département. Le projet d’incubateur est désormais accompagné par l’ANCT et trois autres propositions : une application pour promouvoir les comportements respectueux dans les parcs départementaux, un baromètre de satisfaction attaché aux demandes de services en ligne, et un outil de collecte et de gestion des réclamations des usagers (actuellement en incubation au niveau national). Les agents qui les portent consacrent une journée par semaine à des séances de coaching et de « design thinking » animées par les équipes de l’ANCT.

La Seine-Saint-Denis a plongé dans la méthodologie d’accompagnement pour lancer en février la première session de son incubateur, qui s’appellera « Incubateur Territorial ». Le succès de ces derniers dépend avant tout de la manière dont les agents, managers et directeurs s’imprègnent de cette manière différente de planifier les projets.

À partir des expériences des agents suivis dans l’incubateur, la mission qui le porte en Seine-Saint-Denis envisage de créer une communauté d’agents du « changement » capables de transférer les méthodes de travail qu’ils ont expérimentées. , développé par Fanny Dumont.

Webinaires, forum en ligne

Webinaires, forum en ligne

Parallèlement, l’ANCT mène un programme national de recherche ciblant les collectivités locales participant à l’Action de la ville, les Petites villes pour la ville de demain ou les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les zones rurales ou les zones de montagne pour mener avec elles des recherches. et leur apporter un accompagnement personnalisé », ajoute Bérengère Aujard, afin d’aboutir à une solution adaptée.

32 collectivités locales sont impliquées, traitant de l’habitat précaire ou de l’usage partagé en zone rurale ou de montagne. A travers ces programmes, les agents internes des collectivités lauréates ont un accès direct ou indirect à l’accompagnement « beta.gouv.fr ». De plus, l’ANCT leur permet de participer à des webinaires et à un forum territorial en ligne (« forum.incubateur.anct.gouv.fr »).

En favorisant l’initiative des agents (ou salariés) dans la conception et la construction de solutions, les activités internes permettent d’améliorer la qualité du service rendu ou la gestion des ressources collectives.

Un incubateur très avancé grâce à une convention de partenariat et à un comité d’investissement

Un incubateur très avancé grâce à une convention de partenariat et à un comité d’investissement

[UC Le Havre Seine Métropole, Seine-Maritime, 54 communes, 268 900 habitants] L’Incubateur Territoires Expérimentaux de la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole est l’un des plus avancés. Inscrit à l’origine dans la mobilisation des acteurs locaux pour développer l’innovation et l’intrapreneuriat, il est aujourd’hui soutenu par le Programme National de Recherche de l’ANCT.

« La convention de partenariat permet à l’agence et à ‘beta.gouv.fr’ de nous transférer les compétences pour structurer l’incubateur », explique Mélanie Briand, chef de projet « innovation » de la métropole. Ainsi, il est doté d’outils de suivi et de gestion. Il poursuit qu’il s’appuie « sur deux piliers dans la durée, un appel annuel aux intrapreneurs et une fonction support au service des directions » pour diffuser ce mode de planification des projets.

La première promotion d’une équipe de six entreprises internes a travaillé sur la conception de plusieurs solutions numériques, dont deux sont toujours soutenues : le recyclage des pierres tombales et l’agroécologie. La sélection des projets et la validation des étapes sont pilotées par le comité d’investissement, qui réunit élus, direction générale et société civile. Une autre promotion travaille sur des projets de lutte contre la biodiversité, la régénération des friches et la pénurie de carburant avec l’aide de l’ANCT. Au fil des mois, cet incubateur local expérimente la possibilité de créer des outils au service de la communauté de collectivités qui s’engagent dans ce type de démarche et peuvent conduire à la labellisation.

Contact : Mélanie Briand, Chargée de Projet Innovation, melanie.briand@lehavremetro.fr

Qui dirige l ANCT ?

Lors de la première réunion du conseil d’administration, le 12 décembre 2019, Caroline Cayeux a été élue présidente et Vanik Berberian a été élu vice-président.

Quelles sont les missions du CGET ? Le Commissariat général à l’égalité territoriale (CGET) conseille et accompagne le gouvernement dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de lutte contre les inégalités territoriales et dans le développement des capacités territoriales.

Qui compose l ANCT ?

La gestion. Le 12 décembre 2019, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, ont nommé le conseil d’administration de l’Agence nationale pour la cohésion des territoires.

Comment intervient l Anct ?

L’ANCT met en œuvre ses activités grâce à un réseau de délégués territoriaux (DT), de préfets de départements et de leurs services. Ce réseau local de délégués territoriaux est le point d’entrée des demandes des collectivités locales.

Qu’est-ce qui a remplacé la Datar ?

L’Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires (ANCT) est un service public relevant du Ministère de la Cohésion des Territoires. Sa création en 2020 résulte de la fusion du CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires) avec d’autres organismes.

Quels sont les objectifs de l’aménagement du territoire en France ?

L’aménagement du territoire est une exception en France. Son objectif est d’assurer une répartition équilibrée des ressources, des activités et des personnes dans l’espace afin de maintenir durablement l’ensemble du territoire du pays comme lieu de vie et de travail.

Quel est le rôle de la Datar ?

Depuis lors, cette invitation interministérielle à la Primature prépare, gère et coordonne la politique de développement régional du pays. Initialement, la DATAR était chargée d’équilibrer le territoire face aux défis créés par les mutations socio-économiques de l’après-guerre.

Pourquoi ANCT ?

L’ANCT a pour objet de favoriser la cohésion des territoires, en agissant notamment auprès des territoires caractérisés par des contraintes géographiques et/ou certaines difficultés (économiques, démographiques, sociales).

Quel est le rôle de l Anct ?

accès aux services publics, accès aux soins • L’ANCT vise à simplifier les démarches des collectivités et maîtres d’ouvrage en leur offrant un interlocuteur unique via leur délégué territorial pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets et démarches.

Quel est le rôle de l ANCT ?

accès aux services publics, accès aux soins • L’ANCT vise à simplifier les démarches des collectivités et maîtres d’ouvrage en leur offrant un interlocuteur unique via leur délégué territorial pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets et démarches.

Comment Ankt intervient-il ? L’ANCT met en œuvre ses activités grâce à un réseau de délégués territoriaux (DT), de préfets de départements et de leurs services. Ce réseau local de délégués territoriaux est le point d’entrée des demandes des collectivités locales.

Pourquoi l’aménagement du territoire ?

L’aménagement du territoire est une exception en France. Son objectif est d’assurer une répartition équilibrée des ressources, des activités et des personnes dans l’espace afin de maintenir durablement l’ensemble du territoire du pays comme lieu de vie et de travail.

Quelles sont les trois questions de l’aménagement du territoire? Relever les défis du développement durable, de la décentralisation et de la mondialisation. Au XXIe siècle, le développement des territoires français est particulièrement influencé par trois thèmes : le développement durable, la décentralisation et la mondialisation.

Pourquoi choisir aménagement du territoire ?

Les deux objectifs principaux et parfois contradictoires de la politique d’aménagement du territoire sont de soutenir le développement économique des territoires et de réduire les inégalités spatiales en termes économiques ou sociaux.

Quelle est la finalité de l’aménagement du territoire ?

L’aménagement du territoire est « l’activité politique visant à harmoniser le développement des régions, à lutter contre les déséquilibres et les inégalités industriels ou culturels » Lexique des Sciences Soles.

Quel est le but premier de l’aménagement du territoire ?

L’aménagement du territoire en France L’objectif principal de la politique d’aménagement est de réduire les inégalités territoriales dans une logique de décision verticale et centralisée. La loi du 1er juin 1950 crée le Fonds national d’aménagement du territoire (FNAT) et le département du même nom.

Pourquoi il est nécessaire d’aménager le territoire ?

Une planification régionale réussie s’ouvre aux résidents concernés, protège les paysages, préserve les ressources, réduit les embouteillages, protège la population des catastrophes naturelles – et contribue généralement à une qualité de vie élevée dans les Alpes.

Quels sont les principes de l’aménagement du territoire ?

Le programme de maîtrise a été développé sur trois grands principes : coordination, coopération et participation. La fonction de coordination de l’aménagement du territoire découle directement de la loi sur l’aménagement du territoire.

Qui dirige la politique de la ville ?

L’ANCT est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de cette politique publique. Depuis 2018, cette politique publique est motivée par la mobilisation nationale des habitants du quartier initiée par le président de la République.

Qui sont les décideurs politiques de la ville ? Décideurs municipaux

  • Préfet délégué à l’égalité des chances.
  • délégués du préfet.
  • Conseil citoyen.
  • Autorités locales.
  • Ministère des Ressources urbaines et du Développement social.
  • Connexions.
  • facteurs économiques.

Quand est née la politique de la ville ?

La politique urbaine n’a pas évolué de manière linéaire. Né à la fin des années 1970, il s’est lentement structuré et institutionnalisé, souvent en réponse à des épisodes de violence urbaine.

Quelle loi concerne la politique de la ville ?

La loi Lamy du 21 février 2014, du nom du conseiller municipal François Lamy, est une loi de programmation de la cohésion ville-urbaine. Il met en œuvre une réforme du cadre de la politique urbaine pour concentrer les ressources sur les zones les plus défavorisées.

Quelle est l’origine de la politique de la ville ?

Présentation. C’est dans les années 1970 et 1980 qu’une approche globale des problématiques propres aux villes modernes, tant sociales, économiques qu’urbanistiques, est apparue nécessaire. Cette prise de conscience a conduit à la création du Ministère de la Ville en 1990.

Comment fonctionne la politique de la ville ?

La politique de la ville est la politique de cohésion urbaine et de solidarité envers les quartiers les plus défavorisés. Il vise à rétablir l’égalité républicaine et à améliorer les conditions de vie de la population en mobilisant l’ensemble des politiques publiques.

Quelles sont les limites de la politique de la ville ?

La politique urbaine révèle ses limites lorsqu’elle est utilisée comme une politique de substitution, alors qu’elle est une politique de renouvellement.

Qui signe le contrat de ville ?

Un projet construit avec tous les participants. Le 10 février, le conseil municipal a finalement adopté le contrat de ville, qui sera officiellement signé par les différents partenaires et l’Etat au printemps.

Qui gère la politique municipale ? Alliée historique du pays dans la mise en œuvre de la politique de la ville, la Banque des Territoires accompagne également les propriétaires fonciers sociaux et tous les autres acteurs impliqués dans l’accompagnement et le financement des QPV. Parmi eux : Action Logement. l’union sociale du logement.

Comment évaluer les contrats de ville ?

L’évaluation des contrats de ville se déroule en deux étapes : en phase de mise en œuvre du contrat (principalement pour adapter la stratégie adoptée en passant en revue ses tendances et en actualisant la planification des activités), puis en fin de contrat. contrat (pour évaluer les résultats cette fois par rapport à …

Quels sont les trois piliers des contrats de ville ?

Les contrats urbains reposent sur trois piliers : le pilier « cohésion sociale », le pilier « cadre de vie et renouvellement urbain » et le pilier « développement économique et emploi ».

Qui finance le contrat de ville ?

â La synergie opérationnelle entre les fonds est encouragée dans les programmes et au niveau des contrats de ville. Les principaux fonds concernant les zones urbaines sont le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le Fonds social européen (FSE).

Qui pilote le contrat de ville ?

Les contrats de ville, gérés par des instances intergouvernementales, fixent le cadre local de la politique de la ville et s’inscrivent dans une démarche intégrée avec l’ensemble des politiques contractuelles existantes (contrat local d’éducation, contrat local de santé, local de sécurité et de prévention de la délinquance).

Comment fonctionne le contrat de ville ?

La Convention de Ville oblige chaque partenaire signataire à mettre en œuvre des actions coordonnées pour améliorer le quotidien des habitants des quartiers en difficulté en matière d’éducation, d’emploi, de logement et de cadre de vie, de délinquance, d’accès aux droits, …

Qui definit les QPV ?

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville sont les territoires d’intervention du ministère de la ville définis par la loi de programmation urbaine et de cohésion urbaine du 21 février 2014.

Qui sont les jeunes des quartiers de la politique de la ville QPV ?

Les domaines prioritaires de la politique urbaine (QPV) comptent 5,4 millions d’habitants, dont 40 % ont moins de 251 ans. La population de QPV est ainsi une population jeune, plus jeune que le reste de la France métropolitaine, avec 29 % de moins de 25 ans.

Comment sont définis les QPV ?

Les quartiers urbains dits prioritaires (QPV) de la politique de la ville sont des territoires où s’exercent des politiques urbaines dont l’objectif est de compenser les écarts de niveau de vie avec le reste du territoire. Par conséquent, ces quartiers sont les zones de revenu les plus faibles.

Quel acteur supranational joue un rôle dans l’aménagement du territoire ?

L’État reste la principale autorité en matière de planification : c’est lui qui fixe les objectifs, accorde des récompenses, des crédits, des aides à l’implantation d’entreprises ou des exonérations fiscales. De plus, il contrôle largement la répartition des fonds européens entre les régions.

Quels sont les acteurs du territoire ? citoyens et communauté; administration territoriale (directeurs de départements, fonctionnaires) ; les acteurs territoriaux (entreprises, organisations non gouvernementales, écoles, syndicats, organisations sociales, organisations non gouvernementales, etc.) ; comité de surveillance.

Quel rôle essentiel joué l’aménagement du territoire ?

L’aménagement du territoire favorise le développement de l’activité économique et vise également à répondre aux besoins d’une population française croissante.

Quel est le rôle des acteurs dans l’aménagement du territoire français ?

Les régions gèrent les budgets et y consacrent du temps, en coopérant avec l’État sur le volet territorial : conventions d’aménagement État-région. Depuis août 2015, les régions s’appuient sur le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Équité des Territoires).

Quels sont les trois principaux acteurs de l’aménagement du territoire ?

D’après cette carte, qui sont les financeurs du développement régional ? État, Union européenne, collectivités locales.

Qui sont les principaux acteurs de l’aménagement du territoire ?

D’après cette carte, qui sont les financeurs du développement régional ? État, Union européenne, collectivités locales.

Quel autre acteur économique privé peut encore jouer un rôle important dans l’aménagement du territoire ?

Les entreprises par leur choix d’implantation ou les associations de protection de l’environnement par leurs activités sont d’autres acteurs importants de l’aménagement du territoire.

Qui sont les acteurs privés de l’aménagement du territoire ?

Avec la construction et la décentralisation de l’Europe, l’État n’est plus le seul acteur de l’aménagement du territoire. Nous identifions le rôle des collectivités locales, des communautés de communes et territoires de projet, de l’Etat, de l’Union européenne.